Le rôle de l'artiste

J'ai lu, au printemps 2004, de J.-M. Coetzee, écrivain sud-africain, qu'il considère que son rôle d'écrivain est d'être un "secrétaire de l'invisible". On peut, je pense, aussi appliquer cette définition à l'artiste plasticien.

La révélation

En effet, le plasticien, s'il ne montre peut-être pas l'invisible, révèle souvent des aspects cachés ou méconnus des choses, en les montrant sous un jour particulier, ou en les associant de manière inhabituelle.

La subversion

Un autre aspect, essentiel à mes yeux, du rôle de l'artiste, c'est la subversion: L'artiste doit être un peu le fou du roi, celui qui ose montrer ce que l'on veut cacher. Paradoxalement, notre société néo-libérale, dans laquelle tout doit être utile, ou en tous cas rentable, et si possible tout de suite, facilite le travail de l'artiste, puisque celui-ci, rien que parce qu'il fait un travail non rentable, et par surcroît complètement inutile, est subversif par définition!

L'émotion

Enfin le mortier qui lie la révélation et la subversion, et qui rend le travail de l'artiste justement artistique, c'est l'émotion. Car sans émotion, la révélation relève du journalisme, et la subversion relève de l'action politique.